Pourquoi des jeux en bois plutôt qu’en plastique végétal ou recyclé ?

Les jeux en bois sont en général plus écologiques que les jeux composés à partir d’autres matériaux, car la transformation du bois a une empreinte carbone moins élevée que la fabrication plastique ou le métal par exemple. De plus, le bois massif étant une matière naturelle non transformée chimiquement, il ne constitue pas un déchet nocif pour la nature lorsque son usage est terminé.

Enfant dans la forêt

Les jeux en bois sont beaucoup plus écologiques que les jeux en plastique végétal ou recyclé

Il faut néanmoins certaines conditions pour s’assurer que des jeux en bois seront vraiment plus écologiques que des jeux fabriqués dans d’autres matériaux. Nous avons étudié longuement la question chez Sloli, et nous vous proposons de partager dans cet article ce que nous avons appris.

La provenance du bois

Pour s’assurer du caractère écologique du jouet, il faut que les essences de bois choisies soient locales. En France il s’agit du hêtre, du bouleau, du pin… Mais certainement pas du bambou ou de l’hévéa qui viennent plutôt d’Asie ! Il est préférable également que le bois provienne de forêts françaises durablement gérées. Cela se vérifie par la détention par le fournisseur de bois d’un label FSC ou PEFC.

Le lieu de fabrication

De nombreux fabricants de jouets utilisent du bois français, mais font transformer leur bois en Asie, car cela coûte moins cher ! Il est évident dans ce cas que l’empreinte carbone du jouet va être très élevée. S’assurer que le jouet est bien fabriqué en France (et non juste conçu, assemblé, transformé…) est donc primordial, même si ce jeu ou jouet est en bois provenant des forêts françaises. Attention aux mentions ambiguës de type « marque française », « éco-conçu », « jouet bio », qui n’assurent rien quant à la fabrication française.

Le type de bois

Seul le bois massif présente une empreinte carbone faible. Il suffit de le découper et de le façonner pour lui donner la forme souhaitée. De plus il conservera le carbone qu’il a accumulé au long de sa vie et ne l’émettra pas dans la nature. En revanche, le bois « aggloméré » (OSB, MDF, Mélaminé…) est fabriqué en utilisant des colles et des solvants nocifs pour l’environnement et la santé, et nécessite beaucoup d’énergie pour être transformé. Le coût de ce bois aggloméré est moindre, c’est donc la raison pour laquelle de nombreux fabricants l’utilisent, même si son impact sur la planète et la santé est considérable.

Tas de bois

Pourquoi pas des jeux et jouets en plastique recyclé ?

Il est certain qu’il sera plus écologique de choisir des jeux en plastique recyclé plutôt qu’en plastique neuf, cependant le recyclage n’est pas la panacée, pour plusieurs raisons :

Recycler revient à « re-fabriquer »

Il faut en effet une grande dépense d’énergie pour trier le plastique recyclable de celui qui ne l’est pas (les produits plastiques sont souvent un mélange de plastiques différents), puis pour fabriquer un jouet à partir de cette nouvelle matière première. Ce procédé est fortement émetteur de gaz à effet de serre.

Le seul déchet écologique est celui que l’on n’a pas produit

Le recyclage n’apporte pas vraiment une solution pérenne puisque cela nécessite d’utiliser des matières neuves devenues des déchets pour fonctionner. De plus, aujourd’hui la plupart des plastiques recyclés nécessitent une addition de plastique neuf pour créer un nouveau produit, qui ne sera donc pas issu à 100% de matières recyclées. Les jeux et jouets en plastique recyclé contribuent donc à légitimer l’utilisation de plastique neuf, sans quoi leur source d’approvisionnement n’existerait plus… Chez Sloli, ce n’est pas l’idée que nous nous faisons d’un jeu ou jouet éco-responsable.

Le plastique ne se recycle pas à l’infini

Pour fabriquer un jouet avec du plastique recyclé, il est nécessaire d’avoir du plastique bien trié, sans quoi le recyclage est impossible. Or aujourd’hui le tri du plastique est loin d’être optimal. Ensuite, un même plastique ne pourra être recyclé que quelques fois, en effet, on va lui ajouter différents additifs pour le rendre propre à son usage futur (vêtements, jouets, bouteilles…) ce qui rendra de plus en plus difficile la possibilité de le recycler et d’obtenir du plastique « pur » pour un nouvel usage.

Pulvérisation de pesticide dans les champs

Et des jeux ou jouets en plastique « biosourcé » ou « végétal » alors ?

Du point de vue de l’épuisement des ressources fossiles, le plastique végétal est une bonne option. Mais quand il s’agit de limiter l’impact sur l’environnement ou la création de déchets, c’est moins évident :

Il nécessite des pesticides pour cultiver sa matière première végétale

Le plastique biosourcé est fabriqué à partir d’une matière première végétale. Il faut veiller à ne pas commettre la même erreur qu’avec les bio-carburants : créer des monocultures intensives, nécessitant de nombreux pesticides pour fabriquer cette matière première n’est évidemment pas une bonne solution environnementale. En effet, ce procédé contribue largement à la déforestation, à la disparition de la biodiversité et à la pollution des sols et des cours d’eau. Certains plastiques biosourcés sont fabriqués avec des résidus végétaux d’autres productions. Ce deuxième type de plastique végétal est plus écologique, mais il est difficile (voire impossible) de connaître la provenance des végétaux ayant servi à fabriquer le plastique…

Le recyclage de ces plastiques n’est pas au point

La collecte des plastiques et leur tri ne permet pas aujourd’hui de distinguer les différents types de plastique au sein des déchets.

Ces plastiques ne sont pas tous « biodégradables »

Si une bouteille en plastique végétal (type PLA) se retrouve dans la nature, elle restera intacte, et ne se dégradera pas. Il faut des conditions particulières de compostage et une température élevée pour que cela fonctionne. Il faut choisir du plastique végétal avec le label OK COMPOST pour pouvoir composter du plastique végétal.

En conclusion, des jeux en bois : oui ! MAIS fabriqués en France, avec du bois français et massif ! C’est le choix que nous avons fait chez Sloli, même si cela implique d’autres contraintes, la principale étant le coût de matière et de fabrication clairement plus élevé. Ce choix, nous l’assumons à 3000%, parce qu’il nous permet de proposer des jeux et jouets qui respectent aussi bien la santé des enfants que la planète. Et il nous semble que c’est essentiel.

Articles qui pourraient vous intéresser :

Menu