Recyclage des jouets pour enfants : enjeux et limites de ce défi écologique

Le recyclage est devenu depuis quelques décennies monnaie courante dans nos modes de vie, que ce soit par le tri sélectif de nos déchets en papier, en plastique ou en métal… dans des poubelles à code couleurs ou par l’augmentation du nombre d’objets de consommation produits à partir de matières recyclables ou recyclées. Mais qu’en est-il du chemin parcouru pour le recyclage des jouets pour enfants ?

Longtemps laissés pour compte dans les consignes de recyclage, les jouets pour enfants sont pourtant fréquents et multiples : poupées, voitures télécommandées, robots, peluches… Ils sont généralement conçus à partir de plusieurs matières différentes comme le plastique, le caoutchouc, le métal pour les jouets électriques ou encore le bois, qui ne font pas bon ménage dans la poubelle de tri. Alors faut-il jeter ses jouets comme le reste des produits de consommation dans la poubelle d’ordures ménagères ? Doit-on et peut-on les recycler entièrement ? Que faire de leur emballage ? Nous tentons d’y voir plus clair dans cet article et d’apporter à ce sujet l’éclairage qui nous vient de notre expérience de conception de jeux et jouets écologiques et made in France, démarrée en 2019 quand nous avons lancé Sloli.

Recyclage des jouets d'enfants

Enjeux du recyclage des jouets en fin de vie

150 000 tonnes de jouets sont produites chaque année, jouets qui sont destinés à être exposés en magasins selon l’Ademe, soit l’équivalent de plus de 430 millions d’unités. Pourtant, au total 120 000 tonnes finiront dans les mois qui suivent en tristes déchets dont la plupart ne seront pas recyclés.

Des jeux et jouets qui, une fois jetés à la poubelle sans tri préalable, seront pour la majorité incinérés ou placés en décharge, causant de nombreux dégâts sur notre environnement et sur notre santé !

En effet, dans un premier temps la collecte et le transport jusqu’au centre de tri, sont une source considérable d’émission de gaz à effet de serre. Ces activités rejettent du méthane et du dioxyde de carbone, des substances toxiques qui polluent l’air et accentuent le réchauffement climatique. La deuxième étape pour les jeux ou jouets arrivés en centre de tri est également très énergivore : s’ils sont composés de matières qui peuvent être recyclées, les jouets sont en effet transformés afin de recréer de nouvelles matières, mais cette étape de recyclage est elle-même très gourmande en énergie. Si les jeux ou jouets ne peuvent être recyclés, ils peuvent éventuellement être valorisés par incinération : c’est-à-dire qu’ils sont brûlés pour générer de la chaleur. Certaines matières ne peuvent cependant même pas être valorisées de cette façon : elles deviennent donc des déchets dits “ultimes” (c’est-à-dire non valorisables dans les conditions techniques et économiques du moment) et vont devoir être enfouies. Le processus d’enfouissement consiste à stocker des déchets dans le sol, dans des Centres de Stockage des Déchets Ultimes (CSDU).

Face à l’urgence environnementale et pour diminuer la production de déchets, des lois ont été adoptées et s’appliquent notamment aux industries qui sont la source des déchets. En 2020, une loi relative à la lutte contre le gaspillage et à l’économie solidaire cherche à limiter les déchets. Elle propose le système de “pollueur-payeur” qui oblige en 2021 chaque producteur de jouets à contribuer financièrement à la fin de vie de ses produits, c’est-à-dire aux étapes de collecte, d’enlèvement, de détoxification et enfin de recyclage. Une taxe qui laisse un creux dans les bénéfices des producteurs de jouets et qui devrait faire augmenter prochainement le prix final des jouets, notamment en plastique.

Poubelles de recyclage

Mode d’emploi du recyclage de jouets en plastique et jouets cassés

Il existe quelques solutions pour éviter de jeter les jouets de ses enfants. Si les jouets ou jeux des enfants sont encore en bon état ou état moyen, vous pouvez les donner ou les revendre, pour que leur vie de jouet puisse continuer de procurer de la joie à d’autres enfants. Si les jouets ne sont plus en état de fonctionner, vous pouvez vous essayer au Do It Yourself (DIY) en famille, en transformant vos jouets usagés en poignées de tiroirs, en collant les fameux jouets sur des verres pour enfants ou en les détournant en aimants à poser sur le réfrigérateur, en pendentif sur un joli collier ou en marque-places idéals pour les fêtes de Noël ou pour un anniversaire d’enfant… Autant d’idées originales qui peuvent être l’occasion de réaliser en famille des activités créatives.

Si vos jeux et jouets sont trop abimés, ou que vous ne savez pas comment les réutiliser, vous pouvez déposer vos jouets en déchetterie, pour qu’ils soient triés et remis à neufs ou en dernier recours recyclés, incinérés ou enfouis. Une autre solution : déposez vos produits usagés de moins de 25cm au sein d’entreprises dédiées à la gestion des déchets comme Ecosystem ou certains magasins​​​​​​ qui mettent en libre accès des bacs de recyclage. Cette méthode s’appelle la reprise « 1 pour 0 », pour en savoir plus, n’hésitez pas à consulter notre article qui explique que faire des jouets usagés.

L’entreprise Terracycle, qui opère dans le domaine du recyclage des déchets difficilement recyclables propose de son côté des programmes de recyclage gratuits en France métropolitaine : programme de recyclage des jouets, mais aussi d’autres produits alimentaires et ménagers du quotidien. Dans le cas du recyclage des jouets, l’entreprise offre aussi aux participants la possibilité à l’aide d’un système de points de faire un don financier pour l’association choisie par le centre de collecte.

Au-delà du jeu ou jouet en lui-même, se pose la question de leurs emballages. Ceux fabriqués en carton n’auront généralement pas de problème à être recyclés si vous les déposez dans le bac de tri adéquat à la maison. Au lieu de les jeter, vous pouvez même pourquoi pas les réutiliser pour en faire des cartes de vœux ou des morceaux de cabanes d’enfant s’ils sont volumineux ! Mais les emballages des jeux et jouets comportent généralement, en plus ou à la place du carton, d’autres types de matières qui deviennent des déchets, une fois le jeu déballé : emballages et films en plastique, emballages métallisés, éléments avec des paillettes, ou encore coques, rubans, liens, attaches en plastique et paquets de piles… Il faudra procéder au cas par cas pour trier ce qui peut l’être, jeter dans la poubelle ordinaire ce qui n’est pas recyclable, voire déposer en déchetterie ou lieux de collecte les déchets spécifiques tels que les piles. Autant d’étapes indispensables si vous voulez que vos jeux ou jouets abimés soient valorisés au maximum de ce qu’il est possible de faire.

Usine de recyclage

Limites du recyclage des jouets en plastique et jouets cassés

Nous l’avons vu, il y a bien une issue pour réduire l’impact environnemental provoqué par les jouets devenus cassés ou inutilisables, en les triant et recyclant ce qui peut l’être. Beaucoup de marques mettent aujourd’hui en avant la dimension “recyclable” de certains des composants de leurs jeux ou jouets. Mais le recyclage est-il vraiment efficace pour préserver l’environnement ?

En réalité, il s’agit de l’une des dernières étapes à envisager dans le cycle de vie d’un produit. Contrairement à certains produits à usage unique constitués d’un seul composant, le jouet pour enfants est souvent un mélange complexe de matériaux difficilement recyclables et toxiques pour la santé de nos enfants. Le recyclage du jouet s’avère être une tâche très difficile, surtout si celui-ci est composé de plastiques ou de matières mixtes ou synthétiques. En effet, les matières utilisées dans la conception du plastique sont différentes les unes des autres et parfois très résistantes, elles sont donc difficiles à extraire pour être réemployées et il n’existe pas encore de systèmes de traitement au point, selon les propos du directeur général de la Fédération Française des Industries Jouet Puériculture (FJP), Michel Moggio.

Soulignons également que le recyclage est souvent présenté comme remède miracle face à l’explosion des déchets dans le monde car sa mise en place et sa popularisation nous rassure, citoyens et industries dans le fait que nous pouvons continuer à acheter et à produire massivement, sans réfléchir au cycle de vie du produit. Pourtant, le tri et le recyclage sont au même titre que le transport et l’incinération de produits, des procédés très énergivores et contre-productifs. On peut finalement considérer qu’on perd du temps à produire puis à tenter de transformer des ressources plastiques en nouvelles ressources plastiques tout aussi toxiques, plutôt que d’essayer d’arrêter d’en créer tout simplement et de chercher de nouvelles alternatives plus responsables.

Face à ce constat, ne serait-il pas plus raisonnable de penser à réduire tous les déchets possibles plutôt que de les trier en vue de les recycler ou de les incinérer ? Nous préviendrions ainsi davantage sur les conséquences et agirions réellement sur l’urgence environnementale actuelle, au lieu de contribuer à la problématique.

La règle des 5 R s’avère être un véritable allié pour un mode de vie plus écologique. Avant même de songer à recycler les jouets de ses enfants, il serait préférable de :

Refuser d’acheter tous jouets comportant des matières non durables et non recyclables. Mieux vaut opter pour des jeux ou jouets composés de matières naturelles, saines pour les enfants et l’environnement, et conçues pour durer dans le temps. De même, il est préférable de ne pas opter pour des jeux ou jouets suremballés, qui accentuent la problématique liée au traitement des déchets.

Réduire ce dont on a besoin en pensant “slow consommation” : consommer moins, mais mieux, privilégier des achats responsables, peut-être parfois à un prix un peu plus élevé à court terme, mais avec un coût environnemental largement moindre.

Réutiliser ce que l’on consomme pour donner au produit une seconde vie et pourquoi pas donner vos jouets peu usagés à des associations comme Emmaüs et d’autres partenaires, ou par l’intermédiaire de sites internet comme laisseparlertoncoeur.org.

– Vient en dernier lieu l’étape du recyclage, si aucune autre solution précédente n’a pu être mise en place. Et si le jouet ne peut pas être recyclé à cause des matières qui le composent, il faut toutefois le jeter dans les ordures ménagères pour qu’il soit incinéré.

– Le 5ème « R » de la règle des 5R invite à composter les déchets organiques, et ne s’applique donc pas à la question des jeux et jouets.

Jouet en bois éco-conçu

L’éco-conception des jeux et jouets

L’ampleur du volume de déchets générés dans l’industrie des jeux et jouets est un des constats qui nous a poussés à créer Sloli. Nous avons intégré dans notre modèle, dès notre création, la notion d’éco-conception : concevoir des jeux et jouets pensés pour durer, fabriqués à partir de matières écologiques, en France, en circuits courts, et dans une démarche Zéro Déchet. Nous veillons ainsi à ce qu’aucun de nos jeux ou jouets ne contienne d’emballage ou suremballage inutile (pas de film plastique autour des cartes ou des pions par exemple), et nous emballons nos jeux dans des pochons en coton recyclé plutôt que dans des cartons ou boîtes plastiques. Les matières de chaque élément de jeu sont soigneusement choisies pour que ceux-ci soient le plus solides possible et aient une longue durée de vie. C’est pour cette raison que notre choix s’est orienté vers le bois, et en particulier le bois massif du Jura : une matière naturelle, noble, esthétique, saine pour les enfants, et produite de façon durable dans des forêts françaises éco-gérées.

Alors bien sûr, tous ces choix de fabrication écologique de nos jeux sont complexes, nous imposent des contraintes, et notamment en termes de coûts de fabrication. Mais que valent “quelques euros de plus” face à la question de la préservation de l’environnement et de l’avenir de nos enfants ? Même si c’est difficile, et que notre petite entreprise n’a pas été épargnée par le covid-19, ni par la crise du pouvoir d’achat, nous sommes convaincus que notre démarche a du sens et nous sommes fiers de prouver qu’un mode de fabrication vertueux, en France, est possible dans le domaine des jeux et jouets.

Vous l’aurez compris, la dimension recyclable d’un jeu ou d’un jouet souvent mise en avant comme argument de vente par les fabricants, est donc loin d’être la panacée. Pour que notre consommation de jeux et jouets ait un impact environnemental le moins important possible, il est donc surtout urgent d’anticiper la phase “déchet” et de privilégier des achats de jeux ou jouets en matières naturelles, saines pour les enfants et la planète. Nous espérons que la lecture de cet article vous aura aidé à comprendre les enjeux liés au recyclage dans le domaine des jeux et jouets pour enfants. Au même titre que l’alimentation, les cosmétiques ou la mode, le secteur des jeux et jouets doit aussi être repensé pour faire évoluer les modes de production et de consommation.

Acheter des jeux et jouets conçus de façon éco-responsable, éviter de sur-consommer des jouets pensés pour être rapidement cassés ou abimés, réparer ou donner les jouets qui peuvent l’être, demeurent les meilleures façons de prendre soin de la planète et de l’avenir des enfants.

Articles qui pourraient vous intéresser :

Menu